Russie, Vladivostok, 2016

Vladivostok (en russe: Владивосток [vlədʲɪvɐˈstok] Écouter, littéralement « Qui domine l’Est/l’Orient ») est une ville portuaire du Sud-Est de la Russie et la capitale administrative du kraï du Primorié et du district fédéral extrême-oriental. Située à proximité des frontières avec la Chine et la Corée du Nord, sa population s’élève à 606 653 habitants en 2016. Baignée par la mer du Japon, Vladivostok constitue le port le plus important de la côte pacifique et de l’Extrême-Orient russe. Elle abrite notamment la majeure partie des troupes de la Flotte du Pacifique.
En outre, la ville est plus proche de Séoul (744 km), Tokyo (1 067 km) ou Pékin (1 339 km) que de la capitale Moscou, dont elle est distante de 6 434 km et séparée par sept fuseaux horaires (UTC+11:00).
Vladivostok s’étend le long d’une baie abritée, le Zolotoï Rog.
Avant l’acquisition de la province par l’Empire russe en 1858, le site était occupé par des Mandchous. La ville est fondée en 1859 comme base militaire navale et est fortifiée entre les années 1870 et 1890. En 1888, elle devient la capitale de l’oblast de Primorié. Elle connaît un rapide essor économique à partir de 1903, lorsqu’elle est reliée à Moscou et à l’Europe par le chemin de fer Transsibérien, dont elle est l’un des terminus.
En avril 1918, Vladivostok est occupée par le Japon puis libérée en août. Principale base navale de la flotte du Pacifique, la ville reste fermée aux étrangers durant la période soviétique, de 1958 à 1992.En septembre 2012, la ville accueille le sommet de la zone économique du Pacifique, où un important programme de modernisation et de développement des infrastructures de la ville est annoncé.
Les réalisations les plus notables sont le pont de l’île Rousski et le pont du Zolotoï Rog, deux ponts à haubans mis en service au cours de l’été 2012. Son économie repose essentiellement sur le commerce maritime, la pêche en haute mer et l’industrie militaire, bien qu’une usine de production automobile de la société Sollers JSC ait été construite en 2009, à la demande de Vladimir Poutine, pour redynamiser l’agglomération.
(Wikipedia)

Voyages

Irina Beloglazova utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation